Pensées

La puissance protéinée du grillon

La protéine toute-puissante est partout. Les bouchers et poissonniers auront-ils bientôt un nouveau voisin ?

Le végétarisme et le véganisme ont la cote. Que ce soit pour des raisons de santé ou par conviction, de plus en plus de personnes réduisent ou éliminent la viande de leur diète.

Selon une étude relatée par le journal The Guardian, « éviter de consommer de la viande et des produits laitiers serait le geste individuel ayant le plus grand impact sur l’environnement et la planète ». Le gouvernement chinois emboite le pas en instaurant un programme visant à réduire la consommation de viande de ses citoyens de 50 %. Les mesures, « élaborées pour améliorer la santé publique, pourraient également contribuer significativement à la diminution des gaz à effet de serre ».

Si vous regardez des émissions de cuisine ou si vous fréquentez les gyms, vous avez certainement remarqué l’usage de plus en plus courant ces dernières années du mot « protéine ». On ne met plus de viande dans ses repas, on « ajoute une protéine. » Il s’agit parfois de viande, mais très souvent, c’est une version végétale ou un produit substitut de la viande. Les hamburgers de la marque Beyond Meat se trouvent à côté de la viande « traditionnelle » dans les comptoirs des supermarchés et se vendent mieux que le bœuf ! Depuis des années, on vante les vertus des grillons et autres insectes, mais ce n’est que maintenant qu’ils apparaissent sur les tablettes et les menus, alors que les athlètes véganes font les manchettes et que les vedettes végé du CrossFit ont de plus en plus d’adeptes.

C’est à se demander quand surgiront les premiers «marchands de protéines ». À quand les nouvelles adresses, à quelques pas du boucher et du poissonnier, offrant du tofu mariné, des boulettes de hamburgers sans viande, de la farine de grillon, des brochettes de tempeh et des galettes de lentilles ? Ces commerces pourraient afficher le prix, la teneur en protéines et l’impact environnemental des différents produits. Imaginez les panneaux, sur le thème des changements climatiques ou de nos préoccupations de santé, pour essayer de concurrencer le boucher et ses étalages de viandes savoureuses, fin prêtes pour le barbecue !

Partager cet article
Prochain article

Assisterons-nous à la «déconstruction» des grandes enseignes?

De grandes entreprises technos offrent des services sans même posséder l’équipement. De grandes sociétés sont remplacées par des firmes plus petites et plus agiles. À quand la...
Lire