Nouvelles

C2 2019: des intersections inspirantes

Ce voyage à la conférence Commerce + Créativité de Montréal — mon septième — m’a encore une fois inspiré et stimulé.

Depuis la première année où j’y ai assisté, C2 «réinitialise ma créativité» de bien des façons. C’est un endroit où j’ai la possibilité de rencontrer des gens et d’explorer diverses idées. Il me donne l’occasion de sortir de ma zone de confort, de remettre en question ma façon de penser et d’établir un dialogue avec une communauté unique. Cet évènement a toujours cherché à créer un environnement parfait pour favoriser l’ouverture d’esprit et réaliser des connections nouvelles et inattendues. Cette année, alors que la conférence avait lieu à une nouvelle adresse (l’excellent Studio Grande) pour la première fois en sept ans, les occasions d’être surpris et émerveillé étaient encore plus nombreuses.

Chaque année — depuis ma première expérience à C2 en 2013 en tant que membre de son «commando de réseautage» chargé de connecter des braindates sur un tableau noir (qui est maintenant une application de e180), suivie d’années où j’ai apporté mon soutien à plusieurs expériences de leurs commanditaires principaux —, j’ai toujours le plaisir de faire partie d’un groupe extraordinaire. Cette année, grâce à une invitation du ministère de l’Économie et de l’Innovation du gouvernement du Québec, j’ai eu l’immense privilège d’interviewer trois leaders d’opinion exceptionnels. Il y a très peu d’événements qui attirent un leadership d’opinion aussi diversifié et d’un calibre aussi haut. C’est pourquoi je suis si excité de participer à C2 chaque année: c’est aux intersections que les meilleures occasions d’apprentissage ont lieu.

Par exemple, le premier jour de ce cycle de conférences, Bekah Sirrine, responsable de la création globale pour Instagram, a expliqué à quel point cultiver un esprit de communauté — petite ou grande, mais au-delà de tout ce qui est artificiel et superficiel — était essentiel dans son travail visant à bâtir la marque Instagram. Les mots «inspirant», «authenticité», «simplicité» et «significatif» ont été prononcés souvent. Évidemment, je n’ai pas pu m’empêcher de l’interroger au sujet des tests de transactions in-app (intégrés à l’application) de cette plateforme, puisque certaines marques américaines permettent maintenant aux utilisateurs de faire des achats par le biais d’Instagram. Une occasion remarquable de passer d’un moment d’inspiration à l’achat final. Le deuxième jour, j’ai eu la chance de discuter de nouveaux modèles d’affaires et de l’importance de veiller aux meilleurs intérêts des artistes avec Afo Verde, président et chef de la direction de Sony Music pour l’Amérique latine. Étant lui-même surtout un artiste, il a expliqué comment les «grosses entreprises» dans le domaine de la musique faisaient souvent plus de mal que de bien aux artistes en les considérant simplement comme des «machines à faire de l’argent». Il a accepté son poste chez Sony Music à la condition qu’il puisse passer d’un modèle commercial à un modèle où il pourrait avoir à cœur les meilleurs intérêts des artistes; un modèle qui pourrait conduire à une relation plus longue et plus bénéfique entre les créateurs et leur maison de disques.

La deuxième journée s’est terminée par un moment magique: bravant une pluie intense, certains d’entre nous ont rejoint Daniel Hodges pour une tournée fabuleuse de magasins de détail. C’était la première fois que Daniel faisait ce circuit dans notre ville, et nous nous sommes concentrés plus particulièrement sur les magasins innovants et inspirants du Vieux-Montréal. L’équipe de Daniel organise des visites de ce type pour le NRF Big Show, le Mobile World Congress et beaucoup d’autres événements de renommée mondiale. C’était un véritable plaisir de découvrir avec Daniel (un véritable expert de ce genre de circuit) quelques-uns des magasins les plus inspirants de Montréal. Nous avons commencé notre visite avec le révolutionnaire Rad Hourani, qui utilise la mode pour dépasser la différence entre les genres. Rad nous a généreusement raconté ses 15 années de parcours artistique, y compris le moment il a été choisi par la société très sélecte de haute couture LVMH. Ensuite, nous avons visité le magasin très inspirant Naif Style et le magasin de chaussures incroyablement créatif John Fluevog. Nous avons également pu faire un tour dans les coulisses de l’atelier du designer de mode emblématique de Montréal, Denis Gagnon. Enfin, nous avons découvert en détail le nouvel épicentre de la haute couture montréalaise, SSense.

Le troisième jour, pour témoigner de la diversité du leadership d’opinion, nous avons adopté un point de vue plus vaste, mais essentiel, pour discuter des impacts sociétaux de l’adoption des technologies avec le Dr. Jameson Wetmore, professeur associé à l’Arizona State University. Nous avons parlé longuement des conséquences sur la vie privée de ces technologies que nous avons adoptées si rapidement, sans nous préoccuper vraiment de leur impact sur nos comportements à long terme. Nous avons abordé des sujets variés, allant des blockchains aux drones, en passant par le cryptage et les politiques gouvernementales. Un entretien fascinant.

Enfin, le ministère m’a invité à présenter le Store of 2030 Report, de Kantar/CCRC, à un groupe sélect de chefs de file dans le domaine de la vente de détail. Comme c’est le cas pour beaucoup de présentations au C2, les personnes dans la salle auraient pu faire une présentation elles-mêmes, car elles sont toutes très accomplies dans leurs domaines respectifs — et cette présentation ne faisait pas exception à la règle. Ma présentation a consacré beaucoup de temps au fait que la ligne qui sépare le commerce numérique du commerce physique devient de plus en plus floue. Elle a aussi insisté sur la nécessité de supprimer les cloisonnements organisationnels qui entravent une culture indispensable de l’itération rapide. Une question qui correspond bien au thème de C2 l’année prochaine: «Au-delà des frontières».

meetgreet sirrine2

meetgreet sirrine2Ministère de l’Économie et de l’Innovation

Je n’ai pas eu le temps de vous parler des conférenciers formidables, des ateliers et des laboratoires, ni des têtes d’affiche inspirantes comme Will.i.am, Spike Lee et Angela Ahrendts, une de mes chefs d’entreprise et de magasins de détail préférées. Celle-ci nous a laissés avec ces mots remplis de sagesse: «Écoutez attentivement, planifiez correctement et ne déviez pas de votre ligne directrice.»

Le plus important selon moi — et c’est ce que j’aime le plus dans ces présentations —, c’est d’avoir des conversations stimulantes par la suite avec des personnes fascinantes qu’on rencontre aux intersections les plus inattendues.

À l’année prochaine, C2! En attendant, je vais continuer à brouiller la frontière entre commerce et créativité.

Partager cet article

Prochain article

CLOUDRAKER ET STUBHUB UK FONT ÉQUIPE POUR UNE CAMPAGNE SURPRENANTE

CloudRaker vient d’accomplir une rare première, en lançant une campagne internationale - et ce n’est même pas pour une marque d’ici.
Lire